grafico
grafico
Altura Tourism & Windes

Histoire du vin Argentin

L'Argentine, avec environ deux cents ans de tradition dans la production et la consommation de vins fins, a entamé ses connaissances quand les premiers spécimens de « vitis vinifera » ont été apportés en Amérique par les colonisateurs espagnols au début du XVIº siècle.

Les prêtres catholiques qui sont arrivés à ces terres ont établi des vignobles près de leurs monastères, pour pouvoir assurer le vin nécessaire pour la sainte messe. Les jésuites distinguaient les vins cuyanos (Mendoza et San Juan) étant « très généreux et forts, capables de supporter de grands voyages sans être corrompus ».

Historia del Vino en Argentina

Antique bodega


Favorisée par les conditions du climat et du sol optimales la « vitis vinifera » a commencé un développement total et accéléré, spécialement dans les régions proches aux Andes.
Après des années d'élaboration primitive et rudimentaire, pendant le XIXº siècle les immigrants européens ont apporté de nouvelles techniques de culture et d’autres variétés de cépages, qui ont trouvé au pied de la cordillère des Andes et dans la Vallée du Rio Colorado l'habitat idéal pour leur croissance.

Pendant la dernière partie du XIXº siècle, avec la construction de voies de chemin de fer à Buenos Aires, la province de Mendoza et ses terres privilégiées se sont transformées en centre d'expansion de l'industrie vinicole, qui s'était déjà développée dans d'autres régions de la zone des Andes, comme San Juan, Catamarca, Salta et La Rioja.

Les familles qui étaient arrivées de l'Europe, avec une longue tradition dans l'élaboration de vins, se sont définitivement établies dans ces provinces et ont planté des nouveaux variétaux.

Autour de 1860 les premiers ceps de Malbec sont arrivés à Mendoza. Pendant beaucoup de temps les Criollas  - parmi lesquelles il y avait des blanches et des rouges – avaient été les seuls raisins cultivés dans le pays. Ceci, ajouté à une technologie très précaire pour l'élaboration des vins, a fait que vers 1800 des changements significatifs se produisent dans la qualité du produit.

L'arrivée à Mendoza de l'agronome français Michel Aimé Pouget vers 1850 a été importante, puisqu'il a introduit des variétés françaises d'une plus grande qualité oenologique. Les premiers ceps sont arrivés du Chili et Pouget a ensuite ajouté des pieds provenant directement de France. Pour élargir le savoir concernant cette culture et l'élaboration de vins, on avait déjà créé à Mendoza la Quinta Normal Agronómica et sa Bodega Modèle, la première école spécialisée dans les arts agricoles, centrée sur les pratiques oenologiques. De cette Bodega Modèle, dont le bâtiment, daté de 1902, est maintenu comme patrimoine historique culturel, sont sortis les premiers oenologues du pays.

Mendoza a commencé à être distinguée comme une zone productrice de vins et ceci s'est accentué avec l'inauguration du chemin de fer en 1885. Le tracé ferroviaire unissait – en traversant plus de 1100 Km - le port de Buenos Aires avec les provinces de Cuyo. Ceci a réduit les problèmes de transfert et a augmenté l'échange de marchandises avec le résultat de la croissance de la production. De cette manière les vins élaborés à Mendoza et à San Juan ont vite gagné de la reconnaissance dans les principaux centres urbains du pays.

Malbec, Cabernet, Pinot, Semilon, Merlot et Chardonnay ont découvert des conditions idéales et ont prospéré rapidement, en étant à l'origine des premiers vins fins argentins. Ce développement incluait l'élaboration, avec la méthode champenoise, des mousseux d’une subtilité et d’un raffinement extraordinaire.
Une température adéquate, de longues heures de soleil, une faible pluie, une basse humidité relative, et l'absence de vents forts ont créé avec des sols exceptionnels une atmosphère écologique pour la production des raisins de qualité maximale.

arriba  home

Las familias que habían llegado de Europa, con una larga tradición en la elaboración de vinos, se establecieron definitivamente en esas provincias y plantaron varietales nuevos. Alrededor de 1860 arribaron las primeras cepas de uva Malbec a Mendoza. Durante mucho tiempo, habían sido las criollas –entre las que había variedades blancas y tintas- las únicas uvas cultivadas en el país. Esto, sumado a una tecnología muy precaria para la elaboración de los vinos, hizo que recién hacia el 1800 se produjeran cambios significativos en la calidad del producto.
Antique bodega.

 

grafico
grafico